ATTENTION ! La fiabilité des clés USB et microSD diminue

Dans cette partie vous trouverez des papiers, articles sur l'informatique/sécurité.
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 17669
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Thomas Anderson : Je suis dans et en dehors de la matrice :-)

ATTENTION ! La fiabilité des clés USB et microSD diminue

par Parisien_entraide »

2024-02-28_124740.jpg


La qualité des clés USB et des cartes microSD diminue avec le temps, ce qui peut amener des pertes de données plus fréquentes.


A l'origine de ce constat on a un article publié sur le blog de CBL, un spécialiste allemand de la récupération de données perdues


Déjà qu'il y a des arnaques sur les clés USB, MicroSD et SSD
H2testw et Validrive: Tester la fiabilité et l’authenticité de vos SSD, Clés USB, Cartes SD et.. Disques durs
https://forum.malekal.com/viewtopic.php?t=72167

Donc éviter les sites Aliexpress, Temu, AliExpress et Wish, Rakuten etc et autres d'origine Chinoises
On peut en retrouver sur Cdiscount ou Amazon mais au moins on peut retourner le produit

Eviter également les clés USB "Rigolotes" (ou de mauvais goût)pour stocker vos précieuses photos
https://www.cleusboriginale.com/7-cle-u ... ite-gadget

usb rigolote.jpg
2024-02-28_124258.jpg

mais en plus la qualité diminue, ce qui a un fort impact lors d'un usage de sauvegarde par ex, pour les données
La sauvegarde n'a jamais été conseillé avec les clés USB de toutes les façons, cela sert à dépanner, avoir une copie (de la copie ) sous la main mais c'est tout




LES RAISONS SONT MULTIPLES

La première est liée à l'évolution de la mémoire flash : les premières générations de puces stockaient 1 bit par cellule (ce que l'on appelle de la mémoire SLC, pour Single Level Cell) alors que les puces actuelles — spécialement dans les cartes microSD et les clés USB — enregistrent généralement quatre bits par cellule (QLC).

Cette solution permet d'augmenter la capacité de stockage (il y a quatre fois plus de données sur une puce) mais réduit la fiabilité.

En effet, la mémoire QLC a une durée de rétention plus faible et s'use plus rapidement, alors que des puces de mémoire SLC peuvent encaisser des centaines de milliers d'écritures, une puce de mémoire QLC se limite à quelques milliers dans le meilleur des cas.

il y a d'autres facteurs qui justifient cette réduction visible de la qualité.

Premièrement, de plus en plus de fabricants construisent des clés USB à bas coût, par exemple en soudant littéralement une carte microSD sur le PCB interne.
2024-02-28_125046.jpg



Deuxièmement, les puces de mémoire choisies sont de plus en plus souvent soit remarquées (avec un logo appliqué sur celui d'origine) soit rendues illisibles au niveau du marquage.

Le nom du fabricant de cette puce NAND est masqué.
2024-02-28_124830.jpg

Une des raisons, selon Tom's Hardware, viendrait du fait que les puces en question seraient des composants rejetés par les grands constructeurs de mémoire flash, remis sur le marché plus ou moins en douce.

CBL indique par ailleurs que les composants de mauvaise qualité se retrouvent aussi dans les clés USB de marques connues, sans les nommer spécifiquement, et qu'il ne s'agit donc pas uniquement de clés USB reçues en cadeaux ou achetées à vil prix sur des places de marché asiatique


Rétention et usure

Le principal problème mis en avant quand la mémoire flash est évoquée est l'usure, mais il ne s'agit pas réellement d'un souci dans le cas d'une clé USB
Les contrôleurs, même bas de gamme, disposent d'une gestion de l'usure et les milliers d'écritures permises par une puce NAND QLC de qualité suffisent a priori amplement pour une clé USB.
En effet, en prenant une hypothèse basse (1 000 écritures possibles), vous n'écrirez probablement jamais assez sur une clé USB pour atteindre la limite (1)


Le second problème, moins visible, va venir de la rétention.

La norme, dans une puce de mémoire flash NAND classique, est de considérer qu'un bit va garder sa valeur pendant au moins 10 ans.

Dans les faits, ce n'est pas toujours le cas : une mémoire de mauvaise qualité peut avoir une rétention plus faible au départ, et l'usure et la chaleur peuvent encore réduire cette valeur.

Typiquement, CBL recommande de lire une clé USB tous les ans pour forcer les mécanismes de correction d'erreurs à s'enclencher, pour réduire les risques de corruption.

C'est un problème extrêmement insidieux : un bit modifié dans un fichier qui contient une image peut causer un changement de couleur potentiellement invisible, quand un bit modifié dans un exécutable va l'empêcher de fonctionner et il y a peu de moyens simples de vérifier la cohérence des données avec le temps.

Ce problème est moins visible car il a un fort biais du survivant (2) couplé au fait que les anciennes puces de mémoire avaient une durée de vie plus élevée. Il est donc logique qu'une carte microSD récupérée dans le Motorola ROKR fonctionne encore peut-être, alors que sa version moderne commence à perdre des données.

Les conseils de CBL sont clairs, même si le principal est pourtant oublié : il faut sauvegarder (3)

Il suggère quatre points.

Le premier est simple : n'utilisez pas une clé USB reçue avec un magazine, sur un salon, etc.
Dirigez-vous directement vers des solutions provenant de marques reconnues et sans tirer la corde sur le prix.

Ensuite, stockez les produits à base de mémoire flash au frais (4) la chaleur accélère l'usure et réduit la rétention.
Dans le cas des clés USB, il vaut mieux par exemple les éjecter rapidement après usage, certaines clés ayant tendance à chauffer une fois reliées à une prise USB.

Troisièmement, si vous comptez stocker à long terme, sortez les clés USB et autres cartes mémoire au moins une fois par an, pour permettre aux mécanismes de gestion de l'usure d'effectuer leur travail.
Il n'y a pas nécessairement besoin de réaliser d'opérations : un simple branchement sur un ordinateur peut suffire. Enfin, quatrièmement, il faut garder de l'espace libre.
Les mécanismes de gestion de l'usure ont besoin d'un peu d'espace pour uniformiser l'usure et corriger les éventuelles erreurs. Il est un peu compliqué d'indiquer une limite, mais laisser un quart de la capacité libre (au moins) semble un bon compromis.

------

(1) Les raisons sont complexes, mais il faut partir sur une amplification en écriture de l'ordre de 3x, une valeur assez pessimiste. Il s'agit, en résumé, des opérations supplémentaires liées à la gestion interne.
Mais même dans ce cas, vous n'écrirez probablement jamais l'équivalent de 300 fois la capacité d'une clé USB de 64 Go.

(2) Comme pour le frigo de votre grand-mère, qui fonctionne depuis 30 ans, vous avez peut-être déjà vu une carte mémoire des années 90 encore parfaitement fonctionnelle, en occultant totalement celles partis au rebut (trop petite taille par ex)

(3) Déplacer vos précieuses photos du disque dur (en les supprimant ensuite du disque dur pour gain de place) vers une clé USB que vous rangez dans un tiroir n'est pas une sauvegarde

4) La plage arrière de la voiture en été n'est pas un bon choix.

_______

Il s'agit d'une concaténation et copier coller de diverses sources (dont les photos) de
https://www.cbltech.de/pressezentrum/un ... h-speicher
https://www.tomshardware.com/pc-compone ... omponents
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
- Only Amiga... Was possible ! Lien https://forum.malekal.com/viewtopic.php?t=60830
- « Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
- « Tous les patients mentent » (Théorème du Docteur House) Que ce soit consciemment ou inconsciemment
- Jeff Goldblum dans Informatic Park, professeur adepte de la théorie du chaos : « Vous utilisez un crack, un keygen ? Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?? »
- Captcha : Il s'agit d'un ordinateur qui demande à un humain de prouver.. qu'il n'est pas un ordinateur ! (Les prémices du monde de demain)
- Dans le monde il y a deux sortes de gens : Ceux qui font des sauvegardes et .. Ceux qui vont faire des sauvegardes (Extrait du Credo.. Telle est la voie ! )
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Papiers / Articles »