TUTO - Optimiser son SSD

Retrouvez ici les sites WEB et liens utiles pour vous et votre ordinateur :)
Avatar de l’utilisateur
pattos
Messages : 601
Inscription : 24 déc. 2009 13:31
Localisation : Perpignan

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par pattos »

Bonjour,

C'est la même chose pour les SSD M.2 NVMe ?

Merci
Lenovo 320S-14IKB - i3 7100U - 14" - 2,40 GHz 8 GB RAM DDR4 - 2400 MHz - 1 To (WD10SPZX-00HKTT0 5400 tr/min) + 512 Go (SSD Sabrent Rocket 2280 M.2 PCI-e 3.0 x4) - (01.2018-) Windows 10 Pro x64 v. 20H2 - Google Chrome/Mozilla Firefox
Anthony
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

Bonjour,

NON

Il n'y a pas de contrôleur série 2000
Je sais qu'il y a quelques années en M2 NVME Sandforce avait sorti la série 3000 dont les SF3500, SF3700 mais depuis je ne sais
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

Dans le dernier Hardware MAG, (N°° 109 de décembre/janvier)

"Quel SSD pour votre PC Gamer ? Sata vs PCI 3.0 vs PCI 4.0


Seul bémol, qui n'est pas indiqué, c'est que certains,encore récemment, NVMe prévus pour du PCIe 4.0 sortaient avec un protocole NVMe en 1.3c (même la 1.3d n'était pas adoptée alors que sortie au premier trimestre 2018)
alors que l'avantage du protocole 1.4 :

"Le cache des SSD est revu aussi et dispose d'une nouvelle fonction : le PMR - Persistante Memory Region - dont le but est de faire des transferts de données directs via le PCIe sans devoir faire passer les informations par le processeur. En gros, les données sont traitées directement depuis le cache du SSD, réduisant la latence et surtout le nombre d'écritures persistantes sur la mémoire flash, permettant d'augmenter l'endurance des SSD utilisés dans les serveurs ou pour les OS."

Dans les "petites" optimisations que l'on retrouve, il y a une amélioration de la latence prévisible pour éviter que les opérations de fond réalisées par le SSD - TRIM, Garbage Collector - ne soient gênantes lorsque votre système demandera à réaliser une opération d'écriture/lecture/effacement sur le SSD."

Aux vues des SSD testés, il faudrait s'en assurer en fait


Je passe sur le protocole, support et choix des SSD, (qui a son incidence) mais je ne vais pas retaper l'article :
Néanmoins

Se rappeler que pour l'instant le PCIe 4 n'est accessible que sur plate forme AMD et Rezyzen 3000, et 5000 équipés d'une carte mère B550 ou X570


Tests en PCIe 4.0 : Corsait MP600 1 To et Seagate FireCuda 520 de 1 To
Tests en PCIe 3.0 : Corsair MP510 960Go, Corsair MP400 4 To, Crucial P1 de 1 TO et Samsung 960 EVO
Tests en SATA : Crucial BX500 500Go, Crucial MX 500 1 To, Samsung 860 Pro

Le test du disque dur a été effectué avec un WD RED 4 To (choix de nombre d'utilisateurs, car qui achète encore un WD Black en 2020 à l'ère du SSD ? (sic)


Boot de Windows 10

PCI 4.0 Nvme : 11.7

PCI 3.0 NVme : 12.7

SATA SSD : 14.4 (sur un Win7 PC de 2013 Sandy Bridge et SATA perso j'ai 12.2)


SATA HD en 5 400Tpm : 23.6




JEU BATTLFIEDD V (mais pour les autres jeux c'est presque à l'identique)



PCI 4.0 Nvme : 17.3

PCI 3.0 NVme : 17.4

SATA SSD : 18.2

SATA HD en 5 400Tpm : 24.5



Il y a eu 7 jeux testés, et il est possible de voir une différence dans "The Division 2" de 6 s entre du SATA SSD et du PCI4 NVme, et de 3 s entre du PCI3 Nvme et PCI 4 Nvvme (idem pour Horizon Zero Dawn)
Aucune différence flagrante par contre sur Red Dead Redemtion 2 ( 1 sec d'écart chacun)
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

Pour compléter ce qui précède et en revenant aux sources : (sources Kingston, et Mag hardware magazine)


Rappel :

En SATA les SSD utilisent le protocole AHCI, crée en 2004 à destination des supports magnétiques (disques durs)
Le NVMe a été spécialement développé pour le mode de fonctionnement des SSD

L'avantage principal du NVMe vient de sa latence 2 fois moindre que celle du protocole AHCI
En effet, ce dernier nécessite la lecture de 4 registres par commande ce qui ralentit les opérations

Le NVMe a été également conçu pour tirer parti des contrôleurs multicores des SSD en gérant les files d'attentes plus nombreuses et plus larges
Avec l'AHCI, ce dernier passait plus de temps à attendre les instructions qu'à travailler
Ce dernier point permet de décupler les IOPS... qui ne sert en fait que pour le secteur PRO (voir précédent post en usage gamer par ex) ou à la rigueurr pour une copie de fichiers entre SSD NVMe

2020-12-10_080055.jpg


Donc le principal lors de l'achat d'u SSD NVMe est d'opter pour un contrôleur natif PCI-E
Cela permet de profiter des débits maximums


Là où cela devient compliqué, c'est que malgré l'utilisation du PCI-E et du protàcole NVMe, les SSD M.2 peuvent "AUSSI" fonctionner en SATA via une connexion directe entre les lignes PCI-E et un port SATA

Cela permet le recyclage des contrôleurs SSATA, largement utilisé sur les SSD 2,5p et de proposer des modèles M.2 abordables et plus compacts que les versions 2, 5p

Le truc c'est que le slot M.2 doit pour cela être câble en conséquence et ce mode condamnera donc l utilisation d'un, port SATA dee la carte mère
(En général c'est précisé dans la doc de la carte mère)

Le soucis c'est que TOUTES les carte mères ne proposent pas ce mode de fonctionnement, ce qui fait qu'un SSD M.2 SATA ne sera pas reconnu
On retrouve aussi des SSD qui n'embarquent qu'un protocole PCI--E natif et qui ne sont pas compatibles avec le protocole NVMe
Là aussi le truc c'est que sans NVMe, il faut passer par le protocole AHCI, ce qui bridera donc les performances (ce qui reste relatif)

La bonne nouvelle c'est que l'on voit de moins en moins ce genre de SSD M..2, mais lors de promos diverses ils sont ressortis des cartons

Les SSD M.2 récents sont compatibles NVMe, et utilisent donc pleinement les lignes PCI-E, MAIS, cela signifie AUSSI, qu'ils ne seront pas reconnus sur les slots M.2 directement câblés sur un port SATA
On le voit régulièrement avec les utilisateurs qui essaient d'installer un M.2 sur un PC portable

La décision d’exploiter une technologie de bus offrant une bande passante supérieure a finalement remplacé les protocoles SATA par la technologie PCIe.
Le stockage PCIe a précédé le NVMe de quelques années, mais comme les solutions précédentes étaient bloquées par des protocoles de transfert de données plus anciens, tels que SATA et AHCI, il a fallu attendre ces dernières années pour découvrir son véritable potentiel


La capacité est AUSSI a prendre en compte


Les puces flash ont plusieurs capacités (dies de 16, 32, 64 go, ..)
Le contrôleur peut gérer plusieurs dies par canal : Ex de 8 dies adressables sur 8 canaux, ce qui donne 2048 Go
Du coup les SSD de 256, 512 Go, se retrouvent à n'avoir besoin que de 1 ou 2 canaux, ce qui réduit les performances par 8 ou 4, en comparaison d'un contrôleur pouvant adresser sur 8 canaux
Les constructeurs essaient de pallie à cela mais au résultat les petites capacités seront quand même moins performantes (et encore je ne parle meme pas du remplissage, du cache, ..ou pas)
Donc, ne pas hésiter à prendre des SSD de plus de 512 Go


Carte filles pour m.2

Le M.2 n étant qui'une simple extension du PCI-E, on peut trouver des cartes filles avec un connecteur M.2, pour les cartes mères qui n 'intègrent pas de connecteur M.2

Le nombre de lignes PCI-E dépendra alors du SSD installé

Les plus performants requièrent 4 lignes, mais certains peuvent se contenter de 2 lignes voire... d'une seule ligne
Il peut s'agir en plus de lignes PCI--E 2.0 ou 3.0

Si on prend ex des chipsets Z87 et Z97 (socket 1155), ceux ci n intègrent que 8 lignes PCI--E 2.0, ce qui fait quer les SSD M.2 étaient limités en PCI-E 2.0, à moins d'utiliser les lignes PCI-E 3.0 provenant du CPU
Cela limite alors la connexion des slots PCI-E à 12 lignes, ce qui est suffisant pour une carte graphique mais pas pour deux (question posée dans le forum)
Au final on ne pouvait cumuler un SSD à haute performances et système biGPU (qui au passage tombe en désuétude)

Le Z170 lui par contre intègre 20 lignes PCI-E 3.0 ce qui n'affecte pas les 16 lignes principales du CPU, qui servent pour le GPU
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

En passant :

Un secure Erase ou un Sanitize ?

La réponse est chez Sandisk (où on retrouve d'autre questions/réponses en lien avec le sujet)

https://kb.sandisk.com/app/answers/deta ... anitize%3F

_____________
"Secure Erase est différent de Sanitize car il supprime uniquement la table de mappage mais n'efface pas tous les blocs sur lesquels il a été écrit.

Sanitize supprimera la table de mappage et effacera tous les blocs qui ont été écrits.

Par conséquent, Secure Erase est plus rapide à terminer que Sanitize.

Après avoir effacé le lecteur à l'aide de Secure Erase ou de Sanitize, toutes les données utilisateur seront définitivement détruites sur le lecteur sélectionné.
Ces données ne peuvent pas être récupérées."

----------------

Au passage, on retrouve l'outil "Sanitize" dans les programmes de gestion de certains vendeurs de SSD


Quant à l'usage de Diskpart, outil de Windows avec la commande "DiskPart Clean". Chez Crucial il est dit :

"Veuillez noter que cette manipulation ne supprime pas les données des cellules du SSD. Elle efface simplement les partitions qui ont été créées, vous ne pourrez donc plus accéder aux données que le disque contient, et il apparaîtra comme non initialisé. Cette solution est idéale si vous avez créé une partition incorrecte, ou si vous avez sélectionné GPT au lieu de MBR,"
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

Sur les SSD Samsung QVO

Sur ces SSD QVO on a un cache SLC de 42 Go (Du nom de "Intelligent TurboWrite" ) pour les versions 1 TO (avec une durée de vie de 360 TBW, soit 2 fois moins qu'en TLC en moyenne)
Ce cache a pour vocation d'accélérer les travaux d'écriture en n'utilisant que le premier bit de chaque cellule.
De type hybride, il combine 6 Go réservés à cet usage à 36 Go d'espace dynamique.

Donc il faut prendre en compte que si s'il ne reste que 12 Go d'espace libre, seuls 9 Go seront accélérés : les 6 Go dédiés et 12/4 soit 3 Go pris sur l'espace libre.

A partir du 2 TO (et c'est identique sur les versions 4 et 8 To) le cache SLC est plus important : 78 Go et cela change la donne car de 70-80 Mo/s en débit lorsque le cache est saturé sur du 1 To, on passe à 150 Mo/s (curieusement du reste)

On a aussi une mémoire cache : 1 / 2 / 4 / 8 Go LP DDR4 SDRAM pour les versions 1 / 2 / 4 / 8 To

Si on fait du montage video, ou même du RIP de ses DVD/Blue ray et SURTOUT du P2P (Torrent), il faut oublier le QVO
On peut vite saturer le cache et en plus on réduit FORTEMENT la durée de vie meme si la marge est plus grande à partir de 2 To

A conseiller donc pour du stockage : Photos, documents, vidéos, ou des jeux (si on dépasse les 1 To du fait du cache) mais pas en tant que disque de boot, et surtout pas pour faire du téléchargement tous les jours en P2P

360 TBW pour du 1To
720 TBW pour du 2 To
1 440 TBW pour du 4 To
2 880 TBW pour du 8 To


Au delà de cela ils ne sont pas bons en accès aléatoires, et si on lit divers forums, il y en a beaucoup qui lâchent lorsqu'ils utilisés en disque de boot (surtout sous Win10 et ce sans le fameux bug de défragmentation que Microsoft a mis 5 mois à résoudre
https://www.comptoir-hardware.com/actus ... tml#ragots )

Pour les versions NVMe il vaut mieux utiliser le pilote SAMSUNG https://www.samsung.com/semiconductor/m ... oad/tools/
que celui générique fournir par Microcroft
En plus il faut s'assurer que dans le gestionnaire de périphérique, que celui ci soit bien pris en compte (il doit apparaitre en tant que "NVMe Samsung Controller" sinon il faut forcer l'installation en mettant par ex le pilote dans un dossier et indiquer le chemin à windows pour l'installation (il a été vu des cas où au reboot l'installation n'était pas de fait)
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

SAMSUNG SSD QVO en version boitier externe et USB


Déjà il faut des ports USB USAP (La norme de données USB 2.1 et USB 3.1 ne permettent pas le TRIM) mais certains pilotes passent outre l'USAP et utilisent l'ATA Pass Through (En fait on fait transiter des commandes ATA par le protocole haut niveau SCSI) et la commande TRIM peut être gérée

Je vais faire court :


Il faut savoir que pour éviter que le cache s'effondre, il faut que la commande TRIM passe en USB
Avec certains contrôleurs de boitiers ce n'est pas le cas (comme le plus courant : JMicron JMS583)

Pour rappel , la commande TRIM, permet, en simplifiant la définition, d’indiquer au contrôleur du SSD qu’une donnée à été effacée, pour améliorer la gestion de l’usure. Mais elle intervient aussi dans la gestion du cache
Pour gérer le cache dynamique, le SSD doit connaître l’espace libre. Et sans TRIM… il ne peut pas.

En pratique, on ne voit pas de différence au début : un SSD formaté est considéré comme vide au départ.

Mais avec le temps, chaque écriture va s’accumuler et si on écrit toutes les cellules… le contrôleur va considérer qu’il est rempli… même s’il ne l’est pas.

Petit exemple :

Télécharger une vidéo de 50 Go (normalement ca ne devrait pas être.. )
La regarder
L'effacer

Télécharger ensuite une seconde vidéo de 50 Go et regarder puis effacer

En interne, avec le TRIM, l’espace libre n’a pas bougé.
Sans le TRIM, en USB, l’espace libre a diminué de 100 Go. Et une fois que le SSD est considéré comme rempli par le SSD… c’est fini.
Après quelques jours ou quelques semaines, on perd totalement le cache dynamique

Ensuite se rappeler que lorsque le 860 QVO n'a plus de cache, ses performances chutent radicalement.
Le SSD va vider le cache en écrivant les données dans la mémoire 4-bits NAND principale, mais ce processus prend un certain temps parfois plusieurs dizaines de minutes entre chaque processus d'écriture (bis repetita voir sujet au dessus)

C'est la même chose lorsqu'on est sur un SSD récalcitrant non reconnu, etc... Il faut le laisser au moins une nuit avec juste l'alimentation et pas le cable sata connecté..
Il y a des fonctions qui vont s'activer et "nettoyer" le disque, le remettre d'aplomb (ca fonctionne très bien avec Crucial mais pas testé sur SAMSUNG)

S'assurer également avec SSD Samsung externes que dans les propriétés du SSD (stratégies) , que la case de l'activation du cache en écriture soit bien cochée
Normalement cela devrait être le cas mais des utilisateurs et SAMSUNG se sont aperçus que ça ne l'était pas toujours (au point que SAMSUNG a ajouté un encart dans sa FAQ)
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

CLONAGE IMPOSSIBLE :

Certains SSD SATA ou NVMe de marques pas très répandues mais connues (certains modèles SABRENT par ex) utilisent des secteurs de 4k octets, et n'ont pas d'émulation de 512 octets (512e).

Ce petit détail à son importance lors d'un clonage et... pour crypter le SSD

Pour une installations propre, initiale, cela ne devrait pas poser de problème.

Le clonage EST le problème, car vous aurez besoin d'un logiciel de clonage capable de convertir des secteurs de 512 octets en secteurs de 4k, et même dans ce cas, le logiciel de clonage peut ne pas être en mesure de convertir la partition de démarrage

Au résultat : Il est impossible de booter sur le SSD

La plupart des disques durs modernes ont des secteurs physiques de 4k mais émulent des secteurs de 512 octets à des fins de compatibilité (certains programmes ne sont toujours compatibles qu'avec des secteurs de 512 octets).

L'absence de 512e peut également affecter le cryptage et possiblement la sauvegarde de votre disque dur.
Le logiciel de cryptage populaire VeraCrypt ne prend en charge que les secteurs de 512 octets (1)

Même après une installation propre de Windows, on ne peut pas faire fonctionner Bitlocker correctement (2)

----------
Constatés courant 2020 à confirmer suite à de possibles mises à jour

Edit : J'ai retrouvé le modèle indiqué SABRENT
https://www.amazon.fr/dp/B07LGF54XR/ref=emc_b_5_t

Le truc c'est qu'entre 2019 et 2021 il a subi des évolutions et la fiche AMAZON n'est pas à jour

Par ex SABRENT pour ce modèle est passé en 2020 à de la mémoire flash MICRO 27A 96 couches 3D TLC (qui coûte moins cher)
Cela se voit sur une photo postée par un utilisateur et il s'agit bien d'une Micron 96-layer 3D TLC B27A IA7BG63AVA avec un contrôleur Phison E12S
A noter que courant 2020 il y a eu une mise à jour et maintenant l'émulation de 512 octets (512e) est présente
Mais c'est valable pour ce modèle uniquement
Là par contre c'est indiqué sur la fiche : "Un nouvel utilitaire Sabrent permet aux utilisateurs de reformater le disque Rocket et de choisir la taille qu'ils préfèrent, soit 512 bytes, soit 4K bytes."

Un peu de lecture :
https://www.anandtech.com/show/12943/mi ... monstrated

Ce soucis de l'évolution non documentée, et sans communication du fabricant est problématique
https://www.inpact-hardware.com/article ... rformances
ou pire
https://www.inpact-hardware.com/article ... tilise-qlc
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

Les disques durs SSD de Intel fournissent un statut SMART.

Les différents modèles utilisent tous pratiquement les mêmes codes.
La documentation technique en ligne de Intel est bien faite et permet de décoder manuellement les paramètres que l'utilitaire SMART ne connait peut-être pas, tandis que les SSD de Samsung sont fournis avec une documentation (PDF) très complète

Voici donc ce que signifie les termes que l'on peut voir apparaitre dans les divers programmes d'analyse des données SMART
En premier apparaissent les explications Intel, en second, j'y ai ajouté celles données par Samsung qui souvent apportent plus de détails
Pour Samsung, j'ai mis la traduction fr telle qu'elle apparait dans ma version de Crystaldisk Info

Certains paramètres sont repris en double: selon le type de disque l'un ou l'autre paramètre sera utilisé (il n'y a pas de standardisation, même pas au niveau d'Intel).

Ensuite il faut bien avoir conscience que chaque constructeur à sa propre politique qui découle de ces données SMART, et c'est pour cela que les programmes ne disent pas toujours la même chose
Par exemple chez CRUCIAL https://www.crucial.fr/support/articles ... smart-data
Ils conseillent d'utiliser leur propre logiciel pour l'analyse des données SMART

Quant à SAMSUNG, on peut se poser des questions sur la manipulation des données SMART
https://www.anandtech.com/show/8239/upd ... d-die-size


DESCRIPTION


5 - 05h - Re-allocated sector count (aussi Samsung) (Nombre de secteurs réalloués)
Indique le nombre de cellules de mémoire mises hors fonction. Ce paramètre indique l'état général du disque mais n'indique pas une défaillance car des pages sont mises hors-fonction dès qu'elles sont épuisées.
Quand le disque dur obtient une erreur de lecture/écriture/vérification sur un secteur, il note ce secteur comme réalloué et transfère les données vers une zone réservée spéciale (la zone de réserve). Ce processus est aussi connu sous le nom de remapping et les secteurs réalloués sont appelés remaps.
C’est pourquoi, sur les disques modernes, on ne peut pas voir de « mauvais » blocs lorsqu’on teste la surface du disque (tous les mauvais secteurs sont cachés dans les secteurs réalloués).
Cependant, plus il y a de secteurs réalloués, plus la vitesse d’écriture/lecture diminue.
Normalement le disque dispose de cellules de réserves (un disque de 60GB a en fait 64GB de mémoire, les 4 GB sont gardés en réserve).

Chez Samsung : "Nombre de secteurs ayant été réalloués. Quand le disque dur obtient une erreur de lecture/écriture/vérification sur un secteur, il note ce secteur comme réalloué et transfère les données vers un nouveau secteur situé dans une zone réservée spéciale."


9 - 09h - Power on hours count (aussi Samsung) (Durée en Heures de fonctionnement)
Nombre d'heures de fonctionnement (attention, la valeur ne peut pas être utilisée telle quelle, c'est une valeur hexadécimale).
Chez SAMSUNG : "Nombre d’heures pendant lequel le lecteur a été en fonctionnement. Cette valeur est un simple indicateur du comportement de l’utilisateur, et n’est pas directement liée à l’état de fonctionnement du lecteur. La valeur brute de cet attribut indique le nombre total d’heures (ou, selon le constructeur, de minutes ou de secondes) de fonctionnement du disque. Lorsque l’ordinateur est en mode de veille prolongée, la valeur Power-On Hours n'augmente pas."


12 - 0Ch - Power cycle count (aussi Samsung) (Nombre total de cycles marche-arrêt)
Nombre de mises sous tension
Chez SAMSUNG : "Nombre de cycles de mise sous/hors tension complets du disque." (appelé aussi Power ON count)

170 - AAh - Available reserverd space
Capacité en réserve prévue pour remplacer les cellules qui sont usées.

171 - ABh - Program fail count
Nombre d'erreurs de programmation (enregistrement de données)

172 - ACh - Erase fail count
Nombre d'erreurs d'effacement (les cellules doivent être effacées avant de recevoir de nouvelles données).


174 - AEh- Unexpected power loss (Nombre de pertes de puissance inattendues)
Également connu sous le nom de «compte de retrait de mise hors tension» selon la terminologie du disque dur classique.
La valeur brute indique le nombre d'arrêts non corrects, cumulatifs sur la durée de vie d'un SSD, où un «arrêt non propre» est la suppression de l'alimentation sans la dernière commande (indépendamment de l'activité PLI utilisant la puissance du condensateur). La valeur normalisée est toujours 100
Pour simplifier, il s'agit du nombre de fois que le disque dur est tombé sans électricité sans indication préalable (commande STANDBY IMMEDIATE). Il est important qu'une procédure de mise à l'arrêt soit suivie, pour s'assurer que toutes les données en mémoire-tampon soient stockées en mémoire flash.
Certains disques utilisent des condensateurs pour fournir du courant pendant la phase de sauvegarde d'urgence, d'autres disques essaient de reconstruire les données manquantes à partir d'une sorte de journal de bord.


175 - AFh - Program Fail Count (chip) Nombre d'erreurs de programmation (puce)
Ce paramètre est considéré comme informatif par la plupart des fournisseurs de matériel. Bien que la dégradation de ce paramètre puisse être un indicateur du vieillissement du disque et/ou de problèmes électromécaniques potentiels, elle n'indique pas directement une panne imminente du disque. Une sauvegarde régulière est recommandée. Portez une attention particulière aux autres paramètres et à la santé globale du lecteur.


177 - B1h - Wear leveling count (Nombre de niveau d'usure)
Nombre d'opération d'effacement d'un bloc. La mémoire SSD s'use à cause des opérations d'effacement. Chaque bloc de mémoire d'un disque TLC (triple level cell) peut être reprogrammé environ 2000 fois. Le controlleur va effectuer les opérations d'écriture de telle façon que tout le disque s'use uniformément. Une valeur de 24 indique qu'en moyenne chaque bloc a été reprogrammé 24 fois, ce qui donne une durée de vie restante d'environ 34 ans (si les blocs ont été usée en moyenne de 24/2000 = 1.2% en 5 mois).
Chez SAMSUNG : "Représente le nombre d’opérations d’effacement effectuées sur le support (le nombre de fois qu’un bloc a été effacé)."

179 - B3h - Used reserved block count (Nombre de blocs réservés utilisés - Total )
Nombre de blocs gardés en réserve qui sont utilisés. Un bloc de réserve est utilisé dès qu'un bloc ne peut plus être écrit ou effacé correctement.
Chez SAMSUNG : "Représente le nombre total de blocs réservés ayant été utilisés suite à un échec d’une demande programme ou d’une demande d’effacement."


181 - B5h - Progam fail count (Nombre d'échecs du programme)
Nombre d'opérations d'écriture qui ont raté. Si une page rate plusieurs fois de suite, tout le bloc est mis hors d'usage et un bloc de réserve est utilisé à sa place.

182 - B6h - Erase fail count ,(Nombre d'échecs d'effacement)
Nombre d'opérations d'effacement qui ont raté. Il faut effacer tout le bloc avant de pouvoir y écrire. Si l'effacement rate plusieurs fois de suite, le bloc est mis hors d'usage.
Chez SAMSUNG : "Nombre de demandes programme (d’écriture) ayant échoué."


183 - B7h - SATA downshift count
Nombre d'erreurs de dégradation de l'interface SATA. Attribut Western Digital, Samsung ou Seagate: soit le nombre de rétrogradations de la vitesse de liaison (par exemple de 6 Gbps à 3Gbps) ou le nombre total de blocs de données avec des erreurs détectées, non corrigibles, rencontrées pendant le fonctionnement normal.
Bien que la dégradation de ce paramètre puisse être un indicateur du vieillissement du variateur et / ou des problèmes électromécaniques potentiels, elle n'indique pas directement une défaillance imminente


183 - B7h - Runtime bad count (Blocs avec une mauvaise durée - Total )
Nombre de fois que l'interface SATA a du fonctionner à basse vitesse à cause d'erreurs
Somme de toutes les opérations de programmation ou d'effacement qui ont raté.
Chez SAMSUNG : " Correspond à la somme de Program Fail Count et de Erase Fail Count. Cette valeur récapitulative représente le nombre total cumulé d’échecs de demandes programme et de demandes d’effacement."
Program Fail Count : Nombre de demandes programme (d’écriture) ayant échoué.
Erase Fail Count : Nombre de demandes d’effacement ayant échoué.


184 - B8h - End-to-end error detection count
Nombre d'erreurs détectées entre ordinateur et stockage sur disque. Il s'agit de la communication générale entre ordinateur et mémoire.

187 - BBh - Uncorrectable error count (aussi Samsung) (Nombre d'erreurs incorrigibles)
Nombre d'erreurs qui n'ont pas pu être corrigées par les routines de correction (un disque SSD utilise un système de correction comme les disques durs classiques).
Chez SAMSUNG : "Nombre total d’erreurs n’ayant pas pu être corrigées via ECC."


190 - BEh - Airflow temperature (aussi Samsung) (Température débit d'air)
Température du disque
Chez SAMSUNG : "Température actuelle des puces NAND situées à l’intérieur du SSD."


192 - C0h - Unsafe shutdown count Power-off retract count
Correspond au paramètre 174
Disques classiques: indique le nombre de fois que les têtes ont du être parquées d'urgence à cause d'une coupure de courant.

194 - C2h - Device internal temperature
Température interne

195 - B7h - ECC error rate (Taux d'erreur ECC)
Nombre d'erreurs qui ont pu être corrigées par les routines ECC
Chez SAMSUNG : "Nombre d’erreurs corrigibles. Nombre d’erreurs corrigées par le mécanisme interne de correction d’erreurs."


199 - C7h - CRC error count (aussi Samsung) (Nombre d'erreurs CRC)
Erreurs détectées et corrigées par le mécanisme CRC (cyclic redundancy check). Il s'agit des erreurs qui se produisent entre la mémoire et l'ordinateur (spikes ou surcharges électriques, etc).
Chez SAMSUNG : "Nombre d'erreurs de contrôle de redondance cyclique (CRC). S'il y a un problème entre l'hôte et la mémoire flash DRAM ou NAND, le moteur CRC comptabilise l'erreur et la stocke dans cet attribut."

225 - E1h - Host writes Load-unload cycle count
Nombre d'opérations d'écriture (par 32 MB).
Disques classiques: indique le nombre de fois que les têtes ont été parquées sur la rampe.

226 - E2h - Timed workload media wear load-in timer
Certains disques durs (utilisés dans des serveurs) ont un mesureur de charge. Le disque dur est utilisé avec une charge normale pendant par exemple 24 heures, ce qui permet d'évaluer l'usure du disque selon la charge.
Disques classiques: indique les heures de fonctionnement effectives (plateaux en rotation)

227 - E2h - Timed workload host read/write ratio Torque amplification count
Pourcentage d'écritures pendant la durée du test. Une lecture n'use pratiquement pas le disque.

228 - E3h - Timed workload timer Power off retract count
Durée de la période de test. Un programme spécial met le disque en phase de test, puis on l'utilise normalement. Après cette période, on peut évaluer l'usure que l'utilisation pendant la période de test à provoqué.

232 - E8h - Available reserverd space (Endurance remaining)
Double du paramètre 170

233 - E9h - Media wearout indicator Power-on hours
Indication du nombre d'opérations d'écriture. La valeur de ce paramètre diminue au fil du temps, mais n'indique pas nécessairement une réduction de la fiabilité.
Disques classiques: nombre d'heures sous tension

235 - EBh - POR recovery count (Nombre de récupération POR)
Nombre de pertes de courant. En cas de perte de courant sans arrêt normal du disque SSD, le firmware doit remettre à jour le tableau d'attribution (mapping table). Ce tableau indique où chaque page est stockée physiquement et est gardé en permanence en mémoire vive dans le SSD. Il est stocké sur le SSD en cas d'arrêt programmé (commande ATA STANDBY_IMMEDIATE)
Chez SAMSUNG : "Nombre de cas de mise hors tension soudaine. En cas de mise hors tension soudaine, le microcode doit récupérer l’ensemble des données de mappage et des données utilisateur lors de la prochaine mise sous tension. Cet attribut comptabilise le nombre de fois où cette séquence s’est produite."

241 - F1h - Total LBAs written
Nombre de blocs écrits au niveau de l'interface SATA (compte par 32MB). Il s'agit des blocs logiques (Logical Blocs) écrits par l'ordinateur.
Chez SAMSUNG : "Représente la taille totale des blocs LBA (Logical Block Addressing) requis pour traiter l’ensemble des demandes d’écriture envoyées au SSD depuis l’hôte. Pour calculer la taille totale (en octets), il faut multiplier la valeur remontée par SMART par 512."


242 - F2h - Total LBAs read
Nombre de blocs lus au niveau de l'interface SATA (compte par 32MB)

249 - F9h - Total LBAs written (aussi Samsung) (Total LBA en écriture)
Nombre de pages écrites au niveau de la mémoire flash (compte par GB). Un MB d'écrit au niveau de l'interface correspond à plusieurs MB écrits au niveau de la mémoire (écriture effective). Cette augmentation des données écrites est la write amplification et dépend surtout de l'algoritme utilisé par le controlleur SSD.
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
Avatar de l’utilisateur
Parisien_entraide
Messages : 8237
Inscription : 02 juin 2012 20:48
Localisation : Je suis dans la matrice :-)

Re: TUTO - Optimiser son SSD

par Parisien_entraide »

IDEES RECUES SUR LES SSD

La source est fiable puisque émanant de chez Ontrack, spécialiste du recouvrement de données

https://www.ontrack.com/fr-fr/blog/6-id ... sques-ssd1

ATTENTION !

C'est à lire sous l'angle de Ontrack, c'est à dire ce qu'ils voient arriver (origine de pannes) dans le cadre de la récupération de données, parce que tout le monde sait que.. L'eau ça mouille, et que les équipements électriques ne l'ont jamais aimé

Donc cela peut paraitre biasé, car si on considère que moins de 20% des Français ont fait tomber leur smartphone dans les toilettes, cela correspond à environ, pour certains réparateurs, à 80% des demandes de récupération des données, alors que ce meme pourcentage correspond à la casse de l'écran, cause première des "pannes" de smarphones

Pour les PC, surtout portables, la canette de soda renversée, est un grand classique (les composants n'aiment pas les liquides surtout mélangés avec du sucre)


"Les disques SSD n'ont pas de pièces mobiles et tombent donc très rarement en panne
Comme les disques SSD ne comportent pas de pièces mobiles, ils sont à certains égards beaucoup plus fiables que les disques durs traditionnels. Toutefois, ils sont essentiellement installés dans des appareils mobiles, lesquels sont soumis à des conditions nettement plus rudes que les usages des disques durs traditionnels. Ainsi, d'après les observations de Kroll Ontrack, l’eau représente la cause la plus fréquente de défaillance des disques SSD. Elle provoque des courts-circuits et endommage les composants électroniques. Par comparaison, moins de 1 % des défaillances de disques durs traditionnels sont dues à l'eau.


Vous n'avez pas besoin d'effectuer une sauvegarde si vous synchronisez votre disque SSD dans le cloud
Il existe une règle en matière d'informatique : si vous n'avez pas une sauvegarde sur 2 supports différents, vous n'avez pas de sauvegarde valable. Cette règle ne change rien au prétexte que le support de stockage que vous utilisez est plus fiable qu’un autre. Ontrack aide souvent des clients à récupérer leurs données après que les versions d'un fichier enregistrées sur l’ordinateur et dans le cloud se retrouvent toutes deux inaccessibles, altérées, supprimées ou écrasées. Très souvent en fait, la version locale est endommagée et est ensuite synchronisée dans le cloud. Si la majorité des prestataires cloud enregistrent les versions précédentes des fichiers, cette solution ne fonctionne pas toujours. Nous recommandons toujours de procéder à une seconde sauvegarde.

Les disques SSD peuvent être facilement réparés en cas de problème
C'est faux, les disques SSD sont difficilement séparables des autres composants électroniques et sont donc très difficiles à réparer. Par exemple, les disques SSD sur la plupart des tablettes et des smartphones sont imbriqués sur la carte du circuit principal.


Si l'ordinateur n’a pas été éteint correctement ou la batterie est complètement épuisée, cela n'endommage pas les données
Pour qu’un disque SSD ne perde pas de données lorsque l'alimentation est coupée alors qu'il est en train de copier des données, il faut que ce dernier s'arrête dans un état sûr en quelques millisecondes. C'est prendre un risque d'espérer que tout se passe bien chaque fois et que les concepteurs du contrôleur ont bien fait leurs calculs. L'expérience des ingénieurs de Kroll Ontrack montre qu'il arrive parfois que les choses tournent mal. Les résultats observés sont une altération des données au point que l'utilisateur ne puisse plus avoir accès à ses fichiers.


Les disques SSD fonctionneront toujours, car ils ne s'usent pas
C'est faux, dans la mesure où la durée de vie et la capacité de tous les supports diminuent au fil du temps. Un phénomène lié à la conception et appelé "amplification des écritures" veut que la capacité et la vitesse des SSD se réduisent progressivement. Ce phénomène est dû à la façon dont le SSD efface les données de la mémoire.

La durée de vie utile d'un disque SSD peut n'être que de cinq ans s'il est souvent utilisé.
Il est conseillé de moderniser ses appareils tous les trois ans afin de ne pas avoir ce problème. Deux types de mémoire sont actuellement utilisés dans les disques SSD : SLC (cellule à un niveau) et MLC (cellule à plusieurs niveaux).
La mémoire SLC dure plus longtemps mais coûte plus cher à produire.
Tous les disques peu onéreux et la plupart des lecteurs à mémoire Flash USB utilisent une mémoire MLC.
La mémoire Flash ne peut être programmée et effacée qu'un nombre de fois limité. C'est ce que l'on appelle le nombre maximal de cycles d'écriture/effacement que peut endurer la mémoire Flash au cours de sa durée de vie.
La mémoire SLC, conçue pour des performances supérieures et une plus grande endurance, peut généralement accepter entre 50 000 et 100 000 cycles.
La mémoire Flash MLC est quant à elle conçue pour des applications moins coûteuses et un nombre de cycles nettement inférieur, généralement entre 3 000 et 5 000 (chiffres de 2011).


L’utilisation du chiffrement ne présente pas d'inconvénients majeurs
C'est faux, le chiffrement réduit considérablement la possibilité de récupération des données dans le cas où un disque dur est reformaté par erreur. L'utilisation du chiffrement intégral du disque complique ce problème.
De nombreuses situations de perte de données provoquées par des pannes logiques ne peuvent pas être récupérées.
Si la défaillance endommage le disque chiffré et empêche le montage du disque, cela implique que les données ne peuvent pas être déchiffrées.
En outre, si le disque est très endommagé, il n'est pas non plus possible de tenter une récupération partielle ou ciblée dans la mesure où l'emplacement des données importantes ne peut pas être identifié.
C'est un cas de récupération du tout ou rien, comme s'il s'agissait de faire un puzzle de 10 000 pièces où toutes les pièces ont la même couleur et la même forme !"
Only Amiga... was possible !
Un problème sans solution est un problème mal posé. » (Albert Einstein)
"Tous les patients mentent" Docteur House
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Sites et liens utiles »